Par

ALLO RUFO : Professionnels et victimes en colère !

Voir aussi notre page Pétitions.

Un pédopsychiatre français très médiatisé a posé en direct un diagnostic psychiatrique lourd (« propos délirants ») sur une jeune femme, à une heure de grande écoute et en public, sans avoir jamais rencontré la-dite jeune femme, discréditant ainsi toute sa profession.

Allo RufoCe diagnostic a été posé au cours de l’émission « ALLO RUFO », sur la chaîne publique France 5, après diffusion téléphonique du témoignage de la mère de cette jeune femme.
La jeune femme est hospitalisée actuellement pour addiction à des antalgiques.

Suite

Par

La psychanalyse est-elle nuisible aux victimes d’inceste ?

Il n’y a une psychanalyse, mais plusieurs. On le savait déjà. Force est de constater que certains concepts psychanalytiques, considérés comme dépassés par beaucoup de psychanalystes eux-mêmes, perdurent dans les mentalités. Et pas seulement les mentalités des travailleurs sociaux…

« L’inceste paternel ça fait pas tellement de dégats, ça rend juste les filles un peu débiles, mais l’inceste maternel, ça fait de la psychose. »

Cette affirmation est de Jacqueline Schaeffer, psychanalyste, dans le film « Le Mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme ».

Suite

Par

Justice : la mère protectrice a été condamnée

La Justice estime qu’une maman qui soustrait ses enfants à la présence d’un pédocriminel est une maman coupable

La Justice est-elle tombée sur la tête ?

Suite

Par

Justice : le père incestueux n’est pas venu à son procès

La Justice n’avait pas jugé bon de pousser les investigations plus loin…

Si la Justice avait fait correctement son travail, combien d’années de souffrance auraient pu être évitées ? Une enseignante, un éducateur et la sœur aînée de la victime avaient tenté d’alerter sur son cas… mais le père « avait l’air gentil » aux yeux de la famille d’accueil de la petite fille, alors la Justice n’a pas jugé bon de pousser les investigations plus loin. Aujourd’hui, la petite a grandi. Et parle. Suite

Par

Outreau : conséquences tragiques pour toutes les victimes

« Outreau et ses conséquences tragiques : déni récompensé des coupables, réquisitoire ridicule ! » – Source : MEDIAPART

Suite

Par

Soins Allemagne : thérapie offerte pour certaines victimes d’abus sexuels

Des soins et une prise en charge ciblée, en Allemagne.

Source : 20minutes.fr avec Reuters
Lire l’article

Soins pris en charge.

Suite

Par

Préserver le lien

ACTUALITÉ

Une jeune fille est violée. Quatre mois après à peine, l’auteur du viol, mineur, est immergé dans un environnement dit « normal », un lycée privé, sur les conseils de professionnels, qui estiment que c’est le meilleur moyen de le réinsérer dans la société. Il y est suivi chaque semaine par un psychanalyste.

Soit.

Mais quatre mois après un crime c’est un peu tôt, non ? Ce mineur avait-il eu le temps de prendre conscience de son crime ? de se reconstruire ? de bâtir un projet de vie ? En bref, de grandir ? Mais ces professionnels eux-mêmes avaient-ils bien en tête que le viol est un crime ? On peut en douter tant le viol est si peu sanctionné dans notre société. Ne nous dites-pas une fois encore que parce-qu’il n’y a eu qu’une seule jeune fille violée alors le viol, ce crime, fut déqualifié en « dérapage » (peut-être même avait-elle bu et était-elle sortie en boîte de nuit, l’inconsciente) ?

Meurtre d'Agnès

©Reuters/Charles Platiau

Il existe comme cela des théories fondées sur des préjugés tenaces qui au final génèrent plus d’atrocités que de bénéfices. L’adolescent dont il est question au premier paragraphe a finalement violé et tué une lycéenne de 13 ans. Une prise en charge plus réfléchie de ce jeune aurait certainement permis d’éviter un tel drame.

Parmi ces diktats nocifs, on trouve le fameux préjugé qui affirme – sans aucune remise en question possible – que l’enfant incesté doit fréquenter son agresseur-se même s’il ne le souhaite pas. En dépit des situations de souffrance intense que cela génère auprès des petites victimes. « Ils » nomment cela «Préserver le lien familial». En tout mépris de la souffrance et de la parole de l’enfant qui ne le souhaite pas (au moins temporairement, le temps de se reconstruire). Ces enfants le disent. L’écrivent. Le crient. Publient des vidéos sur internet. Font des tentatives de suicide accompagnées de lettres explicites. En vain. C’est «pour le bien de l’enfant» que ce dernier doit passer régulièrement du temps avec la personne qui l’a agressée et qu’il a dû dénoncer avec tant de courage, de souffrances et de doutes. Mettre fin à une relation d’emprise avec un proche prédateur sexuel n’est pas à la portée de chacun, le savez-vous ?

Personne ne les entend, ou si peu, sauf le parent protecteur, accusé à son tour de manipuler l’enfant.

Mesdames, Messieurs, quand prendrez-vous en compte la volonté des enfants victimes de crimes pédocriminels ?

Essayez au moins d’envisager – une fois seulement – que le manipulé, dans l’histoire, ce soit peut-être vous.