Les chiffres

L’inceste

Les chiffres

En l’absence d’un Observatoire des violences sexuelles intra-familiales sur mineurs, nous devons nous contenter pour l’instant de nous appuyer sur les chiffres communiqués par différents observatoires, en essayant d’extraire les chiffres ne concernant que les mineurs, tout sexe confondu, et les violences sexuelles uniquement. Tâche ardue. Le remarquable travail du docteur Muriel Salmona nous permet cependant d’y voir un peu plus clair…

le-livre-noir-ms-3-derniere-version1
« En France, où les études de victimisation sont encore beaucoup trop rares, les chiffres de Marie Choquet (INSERM) montrent que 6 % des adolescentes ont subi des violences sexuelles à 14 ans, 12 % à 18 ans, et 14 % à 21 ans (enquête CSVF, 2007) contre 2 % chez les garçons. Les statistiques du Collectif Contre le Viol concernant les appels du numéro national SOS-Viol-femmes-information montrent que les mineures sont les victimes de plus de 50 % des agressions sexuelles [NDLR : déclarées], commises principalement par des hommes, mais des femmes peuvent aussi en être les auteures. 26 % des Français connaissent au moins une personne victime d’inceste dans leur entourage et 3 % des Français déclarent avoir été victimes d’inceste5 % des femmes et 1 % des hommes – (enquête IPSOS-AIVI, 2009). », par Muriel Salmona : psychiatre psycho-thérapeute, chercheuse en psychotraumatologie et en victimologie.

Site de son association : Mémoire Traumatique et Victimologie.
Blog consacré à son dernier ouvrage : Le livre noir des violences sexuelles.

 

9782100587988-GVoir aussi le dernier ouvrage du docteur Gérard Lopez, fondateur de l’Institut de Victimologie, intitulé « Enfants violés et violentés : le scandale ignoré » aux éditions Dunod, paru en janvier 2013.
Sommaire : Introduction. Le constat. Les conséquences sociales et médico-psychologiques selon la recherche scientifique ? Que sait-on de la fréquences des violences sexuelles ? Pourquoi refuse-t-on de prendre en considération la maltraitance et ses conséquences ? Quelles solutions ? Comment repère-t-on et dépiste-t-on les violences sexuelles ? Quelle prise en charge sociale et judiciaire peut-on proposer aux victimes ? Le suivi médico-psychologique et les « révélations tardives » de violences sexuelles. Le réseau : adresses utiles.