Par

Justice : le père incestueux n’est pas venu à son procès

La Justice n’avait pas jugé bon de pousser les investigations plus loin…

Si la Justice avait fait correctement son travail, combien d’années de souffrance auraient pu être évitées ? Une enseignante, un éducateur et la sœur aînée de la victime avaient tenté d’alerter sur son cas… mais le père « avait l’air gentil » aux yeux de la famille d’accueil de la petite fille, alors la Justice n’a pas jugé bon de pousser les investigations plus loin. Aujourd’hui, la petite a grandi. Et parle. Pourquoi se fier seulement à la famille d’accueil, sans prendre en considération les propos de trois proches de la petite victime de 9 ans ? On se demande à qui sont confiés les enfants !
Extrait : « Car à neuf ans, quand on ne sait ni lire ni écrire, il est difficile de faire entendre sa voix. Une enseignante, un éducateur, la sœur aînée de la victime ont tenté d’alerter sur son cas. La justice s’en est inquiété, mais aucune expertise médicolégale n’a été ordonnée. Tout juste majeure, en 1986, la jeune femme qui ne savait toujours pas lire (elle a appris depuis et veut écrire un livre), a trouvé la force de déposer plainte. »

► Lire l’article de Sud-Ouest, « Le père incestueux n’est pas venu à son procès », publié le 18/02/2012 par Jean-Pierre Tamisier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.