Par

Le livre noir des violences sexuelles

Le Livre noir des violences sexuelles

©Dunod éditions

du docteure Muriel Salmona, psychiatre-psychothérapeute, chercheuse et formatrice en psychotraumatologie et en victimologie, présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.
Editions : DUNOD – Parution : avril 2013

Blog consacré à l’ouvrage : http://lelivrenoirdesviolencessexuelles.wordpress.com/

Vous trouverez des tonnes d’informations très intéressantes sur ce blog.

Extrait de la rubrique « Psychotraumas » du blog :

blockquoteCes troubles psychotraumatiques sont méconnus, rarement identifiés et diagnostiqués (les médecins, les psychiatres ne sont actuellement pas suffisamment formés), les victimes sont le plus souvent abandonnées sans traitement spécialisé, alors qu’il existe des soins efficaces. À charge pour elles de survivre et de se réparer comme elles peuvent. Et chez la plupart des victimes, ces systèmes de survie hors norme seront injustement stigmatisés comme des handicaps constitutionnels, et seront perçus comme une fragilité constitutionnelle, alors que ce sont des réactions normales à des situations violentes anormales. En revanche, un faible nombre de victimes se répareront en adhérant à la loi du plus fort et en reproduisant des violences, ce qui alimentera la production de nouvelles violences dans un processus sans fin. Nous allons voir qu’il est parfaitement possible de prévenir ces conséquences psychotraumatiques en traitant la mémoire traumatique des violences (Van der Kolk, 1991, Nijenhuis, 2004) . Pour cela il est important de bien connaître les mécanismes psychologiques et neuro-biologiques à l’origine de la mémoire traumatique et de ses conséquences.
Les troubles psychotraumatiques sont générés par des situations de peur et de stress extrêmes (…)blockquote2

 

Un commentaire pour Le livre noir des violences sexuelles

  1. collectif says:

    Si vous ne lisez qu’un livre cette année, lisez celui-ci !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.