Par

RECHERCHE | Une piste pour améliorer le quotidien des personnes souffrant de douleurs chroniques

RECHERCHE | Un énorme espoir pour les personnes souffrant de douleurs chroniques : le « neuro feed-back ».

71SJgCYJZ4L._AA1500_De nombreuses victimes d’inceste souffrent de douleurs chroniques. Ces recherches sont une piste de soins et représentent un formidable espoir pour les personnes souffrant par exemple de fibromyalgies.

Démonstration :

L’imagerie cérébrale commence à montrer que le cerveau peut, éventuellement, se reprogrammer.
Des essais ont été pratiqués sur des patients ayant des douleurs chroniques ou en états de dépression très avancée ou chronique :
– on les met dans un système d’IRM (de diffusion) – on leur montre par exemple l’image de la flamme d’une bougie, l’intensité de la flamme est corrélée à l’activité d’une région cérébrale liée à la douleur et on dit au malade :

Vous voyez cette petite flamme, là ? Vous pouvez faire ce que vous voulez, en faire ce que vous voulez, mais vous devez en faire diminuer l’intensité.

C’est tout. C’est extraordinaire. Les patients parviennent, chacun par sa propre méthode, à diminuer l’intensité de cette flamme (qui « mesure » l’activité des centres de la douleur). Et en faisant ça, la douleur disparaît. Les gens apprennent donc peu à peu à ce que leur cerveau « ignore » l’information douleur.
Et quand ils sortent de l’IRM, ils gardent cette « compétence » apparemment très longtemps.

Pour ceux/celles intéressés par les travaux de Denis Le Bihan : 2 émissions radio de la rubrique Sciences de France Culture :

Voir sur le site de l’émission : http://www.franceculture.fr/emission-continent-sciences-voir-le-cerveau-penser-2013-05-06

Voir sur le site de l’émission : http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-comment-fonctionnent-nos-neurones-2012-10-12

Par

Quels soins pour les adolescents suicidaires ?

Les enfants ayant subi un inceste ont un risque plus élevé de faire des tentatives de suicide à l’adolescence.

Remarque : rappelons ici que l’inceste peut aussi être commis par un frère aîné, un cousin, une tante… et que les dégâts sur la personne sont aussi importants.

L’inceste est un crime dont les victimes ont beaucoup de mal à se considérer comme des victimes à part entière. Les spécialistes s’accordent à dire que ce déni, qui permet à la victime de survivre des années en évitant la confrontation à la réalité des faits, permet hélas le développement silencieux de séquelles qui s’inscrivent dans la personnalité et dans le corps de la victime (cf. les travaux du docteur Muriel Salmona sur la mémoire traumatique, ainsi que l’étude américaine récente sur les séquelles de l’inceste).

Dans son dernier ouvrage “NOS ADOS.COM EN IMAGES – Comment les soigner”, paru aux Éditions Odile Jacob fin 2011, le docteur Xavier Pommereau, psychiatre des hôpitaux, chef du Pôle aquitain de l’adolescent (centre Abadie) du CHU de Bordeaux, écrit  :

Suite

Par

Sondage en cours

Sondage prise en charge des consultations

Sondage prise en charge des soins

©Philippe Geluck

Nos enquêtes sont et resteront anonymes, évidemment. Même si vous répondez plusieurs fois par erreur au même sondage, vous ne serez comptabilisé qu’une seule fois (un message d’avertissement vous l’indiquera en haut de la page des résultats). Nos sondages sont très rapides à passer : en 2 clics, c’est fait !

Suite

Par

À la recherche d’un thérapeute…

Retour sur expérience : une victime témoigne de son parcours de patiente et présente les critères qui lui paraissent importants dans le choix d’un thérapeute.

Auteure : Naja Tiboulen (pseudonyme)
Cet article, rédigé par une victime, donne des pistes à ceux et celles qui souhaiteraient entamer – ou reprendre – une démarche de soins dans les meilleures conditions possibles.

Par

Interview de Muriel Salmona par 20minutes.fr

Muriel Salmona nous rappelle que moins de 8% des viols font l’objet d’une plainte aujourd’hui en France et que 80% des agresseurs sont connus des victimes.

Résumé : Les victimes sont peu ou pas informées sur ce qu’elles ont vécu ; en effet, elles ne savent pas pourquoi elles ont été paralysées, pourquoi elles n’ont pas crié, pourquoi elles n’ont pas pu se défendre. L’agresseur utilise d’ailleurs ces troubles pour prétendre que la victime était consentante. Suite

Par

Soins Allemagne : thérapie offerte pour certaines victimes d’abus sexuels

Des soins et une prise en charge ciblée, en Allemagne.

Source : 20minutes.fr avec Reuters
Lire l’article

Soins pris en charge.

Suite