Par

Tony Meilhon

Tony Meilhon est accusé du meurtre de Laëtitia Perrais, 19 ans, près de Pornic (Loire-Atlantique), en janvier 2011.

Tony MeilhonLe psychiatre Coutanceau s’interroge, quand il évoque l’impulsivité de Tony Meilhon.

«Est-ce que ça se soigne réellement, j’en sais rien…»

La question s’était-elle posée auparavant ? Visiblement, non.

Rappelons quelques faits :
Inceste : inceste petite-fille / grand-père et un fils issu de leur rapport : petite-fille soignée ? grand-père condamné ? Non
Inceste : beau-père se masturbant devant son beau-fils en regardant des films pornos : enfant soigné ? beau-père condamné ? Non
Inceste : beau-père abusant de sa belle-fille : belle-fille soignée ? beau-père condamné ? Non

Et à présent, nos experts se demandent si cet enfant devenu adulte est psychopathe ou pas.
ATTENTION : ce « coup de gueule » ne vise pas à dédouaner Tony Meilhon de la responsabilité de ses actes barbares. Je souhaite simplement pointer du doigt les faiblesses de notre système de prévention en matière de crimes.

N’est-ce pas un peu tard pour se pencher sur le problème ?

Nos érudits experts se demandent si tout cela ne serait pas la faute de cette mère qui n’a pas su fixer de limites (la belle expression !). Rappelons que cette mère a mis au monde un autre enfant auparavant conçu par son propre grand-père !!! Certes… l’expression « famille sans limites » est certainement juste mais elle permet du même coup d’évacuer d’autres responsabilités… La société a-t-elle fait son travail de prévention, de soins, et de justice ? Les précédents criminels (grand-père et beau-père) ont-ils été condamnés ? Les faits d’inceste ont-ils été même reconnus ? Les précédentes victimes (mère et sœur de Tony Meilhon) ont-elles été correctement prises en charge et soignées pour les faits d’inceste qu’elles avaient subis ? Tony Meilhon lui-même a-t-il été correctement pris en charge pour le fait d’inceste qu’il a subi enfant et les probables négligences qu’il a subies enfant ?

On s’est contenté de placer un enfant dans un foyer.

Nos services de protection de l’enfance, nos services de soins, nos services de justice, se sont contentés de placer un enfant dans un foyer.
A-t-il été suivi médicalement dans ce foyer ? Existait-il une volonté réelle de le soigner, de traiter les précédentes victimes, de condamner les précédents agresseurs ? Ha ha ha… ne rêvons pas.
Encore aujourd’hui, il a un suivi psychiatrique… PAR COURRIER !
Il finira sa vie en prison ou en hôpital psychiatrique. Nous voilà rassurés. Nous pouvons dormir tranquilles.

Plus d’infos sur le procès Tony Meilhon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.