Par

Justice : la mère protectrice a été condamnée

La Justice estime qu’une maman qui soustrait ses enfants à la présence d’un pédocriminel est une maman coupable

La Justice est-elle tombée sur la tête ?

L’aînée de ses enfants, une jeune fille de 15 ans, a entamé une procédure contre son père, pour viol.
La maman a alors décidé de ne plus présenter ses deux plus jeunes enfants au père.

Qu’en a pensé la Justice de notre pays ? La Justice l’a condamnée à un mois ferme de prison et 11 mois avec sursis.

Quand les mères ne croient pas leurs enfants qui dénoncent des actes pédocriminels, la Justice les condamne pour négligence ou complicité.
Quand les mères croient leurs enfants qui dénoncent des actes pédocriminels, la Justice les accuse de manipuler leurs enfants.

Nous n’avons aucun élément pour savoir si ce père a commis ou non ces actes, si ce n’est qu’un premier dossier a été classé « sans suite ». Sans suite ne signifie pas qu’il est innocent, sans suite signifie que ce dossier ne contient pas suffisamment de preuves pour déboucher sur un jugement, qu’il n’est pas clos et qu’il peut être ré-ouvert à l’avenir. L’aînée des enfants, une jeune fille de 15 ans, a entamé une procédure contre son père, pour viol. La mère n’a-t-elle pas assumé son rôle protecteur de parent en croyant les allégations de son enfant ? Devait-elle attendre une hypothétique condamnation pour prendre des mesures pour protéger ses autres enfants ? Là était à notre avis la question essentielle à se poser lors de ce procès. Mais, comme toujours dans ces situations, la Justice n’a pas écouté… les enfants.

Source : LADEPECHE.fr
TItre de l’article : « Castres. Enfants cachés : la mère condamnée »

► Lire l’article en ligne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.