Par

Recherche: les traumatismes laissent une trace ADN

La recherche suisse fait une découverte étonnante

Recherche dans l'ADNOn n’arrête pas la recherche… Des chercheurs de l’Université de Genève ont découvert que les abus sexuels laissent une trace biologique dans l’ADN des victimes, une trace que l’on parvient même à mesurer dans l’ADN tout simplement extrait de leur sang. Le traumatisme s’inscrit donc dans notre génome, et sa trace survit à chaque division cellulaire. Il se transmet jusqu’à trois génération, au moins. Bonne nouvelle : cette trace, on peut l’effacer, par les médicaments, et les thérapies.

Voir le reportage effectué par la chaîne suisse tsr :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.